lesoirimmo

Transport scolaire et handicap: un parcours semé d’embûches

En Wallonie, 1.500 enfants en situation de handicap passent plus de trois heures par jour dans un bus ou un minibus.
En Wallonie, 1.500 enfants en situation de handicap passent plus de trois heures par jour dans un bus ou un minibus. - D.R.

Nathan* a 15 ans. En raison d’un retard mental, il est scolarisé dans l’enseignement spécialisé et, chaque matin, c’est la même rengaine. Il se réveille à 6h30. Les yeux plissés de fatigue, il enfile son petit-déjeuner. Pas le temps de traîner. Le bus scolaire qui doit le conduire à l’école arrive à son domicile à 7h05. Ce n’est qu’une heure plus tard qu’il franchira la porte de l’école pour commencer les cours à 8h50. Son école se situe pourtant à 5,5 km de sa maison…

Au retour, rebelote. Nathan remonte dans le bus à 15h45 pour arriver chez lui à 16h45. Résultat des courses : trois heures perdues. « Même s’il ne se plaint pas, il rentre épuisé », nous dit sa maman. « Un ado de 15 ans « sans problème » se serait déjà révolté. Nathan se contente de subir. Ce n’est rien d’autre que de la maltraitance. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct