«Les virologues se substituent désormais aux théologiens»

«Les virologues se substituent désormais aux théologiens»
Felix Kästle/DPA

La vision de l’homme toujours en mouvement sur la Terre est un mythe ancestral. Depuis déjà bien longtemps, l’homo viator et le pèlerin en quête de salut ont fait place aux amateurs de trekking et de curiosités touristiques qui cochent, à la manière d’un guide de vie, la liste des « 1.000 lieux à visiter avant de mourir ». Un peu comme si leur vie ne pouvait être accomplie qu’une fois qu’il ne leur restera plus de zones blanches sur leur carte du monde intérieure.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct