Le Théâtre National occupé par les artistes pour réclamer la réouverture des lieux culturels

Habitué aux spectateurs, puis au vide laissé par le confinement, le cadre du Théâtre National devient le lieu d’expression de la colère des artistes.
Habitué aux spectateurs, puis au vide laissé par le confinement, le cadre du Théâtre National devient le lieu d’expression de la colère des artistes. - Hatim Kaghat.

Le timing n’est pas choisi au hasard : au moment où le gouvernement fédéral se réunit pour un Comité de concertation, dont on craint qu’il ne douche les espoirs d’assouplissement, notamment en ce qui concerne l’activité culturelle, des artistes ont décidé d’occuper le Théâtre National. Comme Antigone bravant les lois de Créon, ces insoumis, portés par le sentiment d’une flagrante injustice, brandissent la révolte morale pour défendre les droits fondamentaux de l’humain contre la raison d’Etat. Dans le rôle d’un Créon aveugle ? Un pouvoir politique qui prend des mesures unilatérales, autorisant par exemple les commerces non essentiels à rester ouverts mais contraignant les théâtres et les cinémas à rester fermés, alors que ces derniers présentent moins de risques sanitaires. Mediamarkt et Ikea seraient-ils plus utiles au bien-être de la population que la danse, le cirque, la musique, le cinéma ou le théâtre ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct