Margrethe Vestager: «Il faut qu’aucun pays ne fasse marche arrière sur la taxation des géants du net»

«Faisons ce qu’on a promis que nous ferions. C’est le moment de rester concentrés et soudés», insiste Margrethe Vestager.
«Faisons ce qu’on a promis que nous ferions. C’est le moment de rester concentrés et soudés», insiste Margrethe Vestager. - EPA

La vice-présidente exécutive de la Commission européenne, Margrethe Vestager, en charge des questions de concurrence et numériques, a souvent fait les gros titres ces dernières années lorsqu’elle a ordonné aux pays de l’UE de récupérer des avantages fiscaux indus – des aides d’Etat illégales — à des grandes entreprises du numérique.

Elle défend en ce moment en appel sa décision d’ordonner à l’Irlande de récupérer 13 milliards d’euros auprès d’Apple, recalée par la justice européenne l’été dernier. Mais la Commission a toujours reconnu que son outil de concurrence n’était qu’une partie de la réponse face à la facilité avec laquelle certaines entreprises, dématérialisées, peuvent engranger de lourds profits sur des marchés en y payant peu, voire pas d’impôt.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct