lesoirimmo

La Wallonie plus sévère avec les délits environnementaux

Sont notamment visés le trafic de déchets, aux captures illégales d’espèces sauvages ou au commerce des espèces menacées.
Sont notamment visés le trafic de déchets, aux captures illégales d’espèces sauvages ou au commerce des espèces menacées. - Belga.

La Wallonie va renforcer son arsenal pour mieux traquer les infractions environnementales, a annoncé mercredi la ministre de l’Environnement Céline Tellier (Ecolo). Exit l’unité de répression des pollutions qui avait fait l’objet d’un audit assassin de la Cour des comptes, place à une toute nouvelle « unité spéciale d’investigation » en cours de constitution qui sera chargée de la lutte contre la criminalité environnementale organisée. On pense principalement au trafic de déchets, aux captures illégales d’espèces sauvages ou au commerce des espèces menacées. Autre renforcement administratif : le département police et contrôle de l’administration wallonne engagera 10 nouvelles personnes pour atteindre 56 équivalents temps plein. Il est vrai que ses effectifs avaient été fortement réduits – perdant 70 postes en 20 ans, sur les 117 qu’il comptait au départ. Ce service effectue environ 3.600 enquêtes annuelles qui ont donné lieu à 1.350 actions (injonctions, avertissements et procès-verbaux).

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct