lesoirimmo

L’escavèche de Chimay, une spécialité désormais protégée

Autrefois cuisinée avec de l’anguille, elle peut se préparer à partir de truite, de brochet ou d’autres poissons de nos rivières.
Autrefois cuisinée avec de l’anguille, elle peut se préparer à partir de truite, de brochet ou d’autres poissons de nos rivières. - Pierre-Yves Thienpont.

Elle est à Chimay ce que la tarte al djote est à Nivelles. Dans le sud du Hainaut, il n’y a en effet pas un foyer qui ne connaisse l’escavèche, un plat en sauce préparé à base de poisson. Autrefois cuisinée avec de l’anguille, elle peut se préparer à partir de truite, de brochet ou d’autres poissons de nos rivières. Traditionnellement, l’escavèche de Chimay met cependant à l’honneur le dos d’aiguillat, aussi appelé saumonette. « On ne peut l’appeler escavèche qu’à partir du moment où on a agrémenté le poisson de sa sauce vinaigrée à la texture à la fois gélatineuse et onctueuse », précise toutefois Françoise Meulemeester, gérante de l’atelier l’Escavèche du Val d’Oise. « Il s’agit d’un mélange de vinaigre, d’oignons, de citron et d’aromates. C’est la sauce qui conserve le poisson ». Acidulé et rafraîchissant, ce plat se déguste volontiers dès le retour des beaux jours. Il s’accompagne généralement d’un peu de pain beurré et de crudités ou de frites pour un mélange chaud/froid apprécié des Chimaciens.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct