L’espoir placé par les Centraméricains en Joe Biden se brise à la frontière

L’espoir placé par les Centraméricains en Joe Biden se brise à la frontière
Jose Luis Gonzalez/Reuters

Où suis-je ? Dans quel pays est-on ? Le Honduras ou les Etats-Unis ? » Un à un, agrippés à un sac renfermant toutes leurs possessions – un vieux téléphone portable, quelques papiers, deux ou trois aspirines et une petite croix de bois –, les Centraméricains traversent le pont qui relie El Paso, au Texas, à Ciudad Juárez, surveillés de près par les policiers américains. Effrayés, avec, pour la plupart, des enfants dans les bras, les migrants traînent des pieds, en chaussures sans lacets, et chacun à leur tour, déconcertés, ils posent la même question à la première personne qu’ils croisent : un vendeur ambulant, un fonctionnaire, un journaliste… « Où suis-je ? Dans quel pays est-on ? » La plupart d’entre eux ont quitté leur pays pour fuir la violence, et là, ils viennent d’être expulsés vers l’une des villes les plus dangereuses du Mexique.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct