Van Cau à Charleroi, une saison en enfer

Van Cau à Charleroi, une saison en enfer

Entourée de terrils, telle une Rome charbonnière, Charleroi s'étire dans la moiteur estivale. Une année s'achève ! Et plus rien ne devrait troubler la trêve qui succède à cette saison politique, avant le rendez-vous électoral d'octobre. Sauf surprise, bien entendu. Mais au Parti socialiste, on a eu son lot d'imprévus. Les casseroles qu'il rangeait dans ses placards, le PS de la métropole les a ramassées une à une sur la tête. Demi-dieu du socialisme sambrien, couronné par une ascension aux faîtes de l'Olympe wallonne, Jean-Claude Van Cauwenberghe n'a pas été épargné par les cieux. Il est redevenu simple mortel. Ou presque puisque son immunité parlementaire reste intacte. Habitué des oracles de la presse, il aurait pourtant dû s'alarmer quand, à la charnière de 2004 et de 2005, Jean-Pol Avaux avait rencontré quelques soucis.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct