Comment mettre à l’arrêt un pays à l’arrêt?

Ce lundi, les transports en commun vont arrêter de transporter des gens qui en grand nombre ne peuvent plus se déplacer en raison de la pandémie. Etrange!
Ce lundi, les transports en commun vont arrêter de transporter des gens qui en grand nombre ne peuvent plus se déplacer en raison de la pandémie. Etrange! - Belga

Une grève par temps de pandémie, quasi au jour 1 du troisième confinement, voilà qui suscite d’abord et avant tout de la curiosité. Mais comment donc mettre à l’arrêt un pays à l’arrêt ? Comment appeler des gens qui n’en peuvent plus d’avoir arrêté le travail, ou de ne plus travailler qu’à moitié ou par intermittence, à faire une pause sociale et solidaire ?

Ce sont les premières questions que pose le mouvement syndical de ce lundi : quel succès aura cette grève si particulière et comment les syndicats et les patrons vont-ils en mesurer les effets ? Comment imaginer des trains, bus, métros et trams à l’arrêt alors qu’il n’y a plus école, de travail au bureau et de shopping, dans un espace-temps qui ressemble au mieux à une troisième semaine de vacances de Pâques, au pire à des mois de « journées de grève sans fin » ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct