Le métier de valoriste ne connaît pas la crise

L’Atelier Valor est un tremplin. Il vise à donner une deuxième vie à des matériaux… mais aussi à des personnes.
L’Atelier Valor est un tremplin. Il vise à donner une deuxième vie à des matériaux… mais aussi à des personnes. - Pierre-Yves Thienpont.

Dès potron-minet, ça bouge à l’Atelier Valor : dans ce hangar de près de 800 m² situé près de Tubize, les machines tournent, la radio grésille, les containers se vident et se remplissent. « Si on écarte le premier confinement et ses mesures radicales, l’atelier n’a jamais vraiment fermé », se réjouit Donatienne Hargot, coordinatrice pédagogique à l’AID Val de Senne, le centre d’insertion socio-professionnelle à l’initiative de Valor. « C’est une chance : en continuant l’activité sans mélanger les bulles, nous avons pu voir que l’offre et la demande n’ont pas été impactées par le covid. Pas de creux pour la filière du réemploi ! Et même si certains ralentissements ont pu être observés, du fait du nombre moindre de stagiaires présents, en tant que telle, notre activité de valoriste n’a pas diminué. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct