L’UE veut maintenir le drame humanitaire syrien sur les radars

La ville d’Idlib, notamment, a fortement souffert des conflits armés.
La ville d’Idlib, notamment, a fortement souffert des conflits armés. - AFP.

Désespérant. Les années passent et le sort des Syriens va de mal en pis. Après une décennie de guerre, la situation catastrophique de la population, déplacée ou réfugiée par millions, s’est encore dégradée. Aucune lumière ne semble au bout du tunnel : la « transition politique », réclamée par l’UE ou par l’ONU pour enfin tourner la page sanglante du règne d’Assad, s’apparente à un prêche… dans le désert.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct