lesoirimmo

Défi recale la loi Pandémie: «Elle est dangereuse démocratiquement»

Sophie Rohonyi et François De Smet, auteurs de la proposition de loi portée par Défi, qui prend le contrepied du texte de la ministre de l’Intérieur.
Sophie Rohonyi et François De Smet, auteurs de la proposition de loi portée par Défi, qui prend le contrepied du texte de la ministre de l’Intérieur. - Belga

Tombant de Charybde en Scylla, le gouvernement fédéral, après avoir opéré au moyen d’arrêtés ministériels depuis le début de la crise corona, ce qui est contestable démocratiquement, est porteur maintenant d’une dite loi Pandémie (nos éditions du 26 février) qui est plus contestable encore. De pis en pis, autrement dit. L’avant-projet de loi, signé Annelies Verlinden (CD&V), ministre de l’Intérieur, prévoit, en gros, de pouvoir, à l’avenir, décréter l’urgence en cas de pandémie ou séquence-catastrophe apparentée, d’appliquer illico les dispositifs contraignants (confinement, restriction des libertés, amendes et poursuites pénales), de consulter le Parlement après cela afin d’obtenir son feu vert (le train est déjà passé), et voilà.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct