lesoirimmo

Un effet sur les théories du complot

L’adhésion à différentes théories du complot a été mesurée, comme la collusion présumée entre les firmes pharmaceutiques et les politiques pour vendre des vaccins qui ne seraient pas sûrs ou efficaces. « Il y a une relative stabilité en mars avec 25 % de gens qui se disent d’accord avec cette affirmation. Par contre, à la fin du mois, l’épisode AstraZeneca a pu jouer, avec la part d’indécis qui augmente (18 %) tandis que le pourcentage de désaccord diminue (il passe de 63 % à 57 %) », analyse Olivier Klein. Autre théorie conspirationniste qui recueille un succès grandissant : l’opportunité de la crise sanitaire qui permettrait aux politiques de surveiller la population. Le soutien dont elle bénéficie augmente fin mars (il passe de 35 % à 40 % fin mars, avec ici aussi une diminution du rejet).

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct