Charly Delwart au «Soir»: «On doit se faire ses propres fictions pour digérer le monde»

« J’aime beaucoup l’écriture. Sinon, je n’écrirais pas. Oui, ça me rend heureux.»
« J’aime beaucoup l’écriture. Sinon, je n’écrirais pas. Oui, ça me rend heureux.» - Pascal Ito.

entretien

Charly Delwart, 46 ans, Belge habitant Paris, apparaît comme ses personnages et ses romans : le sourire toujours légèrement ironique et l’œil toujours brillant, comme s’il ne fallait pas les prendre, lui et ses textes, au premier degré. Depuis Circuit, en 2007, il explore la vie avec humour et distance, avec amusement même, malgré le sérieux de ses recherches. Dans ce premier roman, Darius s’installait un jour dans le bureau vide d’une société, et on commence à lui confier des tâches. Dans Citoyen Park, on est en Corée du Nord sans y être présent. Databiographie est une autobiographie faite de chiffres et de graphiques. Et voilà Le Grand Lézard. Où Delwart fait une nouvelle fois de sa vie le matériau de sa fiction.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct