Loi Pandémie: la Vivaldi se lance dans la course des 30 jours

A la Chambre jeudi, la ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden (CD&V) défend son avant-projet de loi Pandémie.
A la Chambre jeudi, la ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden (CD&V) défend son avant-projet de loi Pandémie. - Belga.

La loi Pandémie n’est plus une option, elle est une obligation. Depuis que le tribunal de première instance de Bruxelles, mercredi, a signifié au gouvernement fédéral que la base juridique sur laquelle reposaient ses politiques de confinement et de restriction des libertés n’est pas suffisante, celui-ci a trente 30 jours pour s’adapter, avant les astreintes. Même si d’aucuns dans la Vivaldi osent espérer que l’Etat aura raison avant cela en appel, ce qui remettrait les compteurs à zéro, tous sont conscients qu’il serait insensé de juste attendre, et de rester sans réagir. D’où le plan A : accélérer les travaux au sein du gouvernement et au Parlement afin d’adopter une loi Pandémie, dans les 30 jours donc.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct