Adrien Trebel: «Si Anderlecht me demande de partir, je partirai»

@News
@News

Pour la première fois de la saison – il était apparu à une seule reprise en interview d’après-match à Waasland-Beveren, le jour où il s’était blessé au genou –, Adrien Trebel s’est longuement épanché sur son cas au cours d’une interview qui se serait certainement prolongée au-delà des 29 minutes accordées sans l’intervention d’une responsable de la communication anderlechtoise. Très ouvert, le milieu de terrain français n’a montré aucun signe de lassitude ou de frustration au fur et à mesure des questions. Il n’était pourtant pas demandeur de se retrouver en première ligne face à la presse, n’ayant aucune envie de devoir répondre à des questions sur Mogi Bayat ou sur son salaire, le plus juteux du noyau. Ce qu’Anderlecht n’avait d’ailleurs pas manqué de faire savoir aux journalistes concernés dans son invitation à la visio-conference. Quoi qu’il en soit, sur l’insistance de sa direction, Trebel a fait ce qu’il fait sur le terrain quand on fait appel à lui : aider son club.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct