Italie: une affaire d’espionnage tend les relations avec Moscou

L’ambassade russe à Rome: le gouvernement Draghi hausse le ton contre Moscou.
L’ambassade russe à Rome: le gouvernement Draghi hausse le ton contre Moscou. - AFP

Dans sa cellule de la prison romaine de Regina Coeli, l’officier de marine italien, Walter Biot, 55 ans, explique qu’il n’a pas encore réussi à répondre aux interrogatoires parce qu’il est « bouleversé et désorienté ».

Arrêté cette semaine pour avoir transmis aux services secrets russes au moins 181 documents classifiés « confidentiel défense » et « secret Otan », Biot se limite à répéter « qu’il n’a pas agi pour des raisons politiques ou idéologiques, mais tout simplement pour de l’argent. » Mais alors qu’il déclare qu’il n’a jamais voulu « trahir la Patrie ou mettre en danger d’autres pays européens », les juges chargés de l’enquête n’hésitent pas à le définir comme un espion « extrêmement dangereux » pour la sécurité nationale.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct