La solidarité, à bout de souffle

La solidarité, à bout de souffle
Photo News.

Pas la mer, pas les Fagnes, pas les trains, pas les parcs d’attractions, pas les cinémas, pas les parcs à plus de quatre, pas l’intérieur, pas l’école, pas les voyages hors frontières, pas les terrasses, pas les cafés, pas les restaurants… Après un an, les interdits cumulatifs/successifs rendent fous. La liberté de déplacement est préservée, mais dans les faits, elle ne peut pas être exercée, ou en tout cas pas à plus de quelques-uns. Les événements du bois de la Cambre de jeudi soir ont en cela quelque chose de l’épisode des trains vers la mer quelques jours plus tôt : un appel d’air (l’organisation d’une « fake boum » dans un cas, le soleil dans l’autre), une envie folle de sortir et de profiter, l’impossibilité matérielle et sanitaire de satisfaire le citoyen qui veut soigner son manque.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct