Laurence Equilbey remet à l’honneur «Der Freischütz» dans un enregistrement réjouissant

Laurence Equilbey  et son Insula Orchestra.
Laurence Equilbey et son Insula Orchestra. - Julien Benhamou

entretien

C’est un projet d’envergure, mené à la baguette par Laurence Equilbey. Entourée de son Insula Orchestra, du chœur Accentus et d’un casting vocal exemplaire (Stanislas de Barbeyrac, Johanni Van Oostrum…), la cheffe française propose une lecture inédite du Freischütz de Carl Maria von Weber sur instrument d’époque. Et y explore les nuances et la richesse de cette partition mal connue chez nous mais populaire en Allemagne.

Vous avez récemment déclaré : « Si une œuvre ne résonne pas avec son époque, je crois que ce n’est pas tellement nécessaire de la donner. » Qu’est-ce qui résonne avec aujourd’hui dans « Der Freischütz » ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct