L’expression «en bon père de famille» prend congé du Code civil: un «parricide» sans conséquence?

Le «bon père de famille» sera désormais remplacé par «personne prudente et raisonnable».
Le «bon père de famille» sera désormais remplacé par «personne prudente et raisonnable». - Pierre-Yves Thienpont.

Il y a trois ans, le ministre de la Justice, Koen Geens, lançait un vaste chantier de rénovation de notre vénérable Code civil millésimé 1804, héritage de l’époque napoléonienne. La réforme du Livre 5, titré « Les obligations du Code civil », vient d’atterrir sur la table de la Chambre des Représentants. Elle comporte une petite révolution culturelle en son article 5 (points 72,73 & 81) : le remplacement du terme « bon père de famille » par « personne prudente et raisonnable ».

Se comporter « en bon père de famille » signifie, en langage juridique, agir de manière normalement prudente et diligente. Issue du latinisme bonus pater familias, l’expression évoque l’époque antique où l’homme régnait en seigneur et maître sur sa maisonnée – épouse, enfants et esclaves. De manière plus contemporaine, elle lui attribue, et à lui seul, la qualité d’être sage ou bon gestionnaire, ce qui relève du stéréotype de genre, voire de la pure discrimination.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct