L'industrie alimentaire "plie mais ne rompt pas"

"Notre secteur n'est pas celui qui a été le plus fortement touché par la crise du coronavirus, mais ce recul modéré cache des réalités tragiques", explique Carole Dembour, conseillère économique à la Fevia. "Des entreprises qui sont très dépendantes du tourisme, par exemple, ont connu des baisses de 50% de leurs recettes. Le déclin relevé de manière globale sur les trois derniers trimestres n'avait plus été observé depuis la crise financière de 2008", ajoute-t-elle.

En termes de production, le secteur des boissons a particulièrement trinqué avec un recul de plus de 18% par rapport à 2019.

La balance commerciale de l'industrie alimentaire reste positive mais recule légèrement à 4,2 milliards d'euros contre 5 milliards en 2019. Les exportations ont en effet légèrement baissé alors que les importations ont effectué le chemin inverse.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct