Si la relance était une farce, Bruxelles en serait le dindon

Si la relance était une farce, Bruxelles en serait le dindon
Pierre-Yves Thienpont.

Bruxelles, c’est 10 % de la population belge, 18 % du PIB national mais seulement 6,6 % des fonds européens pour la reprise et la résilience. La capitale aurait-elle été lésée, victime d’une entente, sur son dos, entre la Flandre et la Wallonie ? En janvier, on avait osé cette analyse, jugeant les 395 millions (puisés dans une enveloppe globale de 5,95 milliards) plutôt maigrichons pour une ville inquiète de l’absence prolongée des navetteurs et des touristes, et des risques de faillites massives dans l’horeca (mais pas que), de la hausse du chômage (16,2 % en mars), de l’augmentation de la précarité… Critique balayée alors par de belles déclarations rappelant que l’Etat fédéral, la Flandre et la Fédération Wallonie-Bruxelles investiraient bien évidemment dans « leur » capitale.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct