Depuis Poznan, les Zèbres sont derniers de D1A

@News
@News

La saison du Sporting de Charleroi avait commencé sur les chapeaux de roue. Avec un 18/18 historique puis un partage à Mouscron alors que Karim Belhocine avait un peu ménagé ses joueurs dans l’entre-deux tours préliminaires d’Europa League, tous les voyants étaient au vert pour vivre une saison magnifique, dans le prolongement de la troisième place de l’exercice précédent. Toutefois, quelques jours plus tard, les rêves d’Europe s’envolaient en même temps que la confiance carolo. « On a très bien géré le confinement, on était prêt avant les autres et ça a payé. On s’était fait un objectif de l’Europe. Pour un club comme Charleroi, ça reste un rêve, mais c’est surtout très énergivore parce qu’on n’a pas le personnel et les infrastructures pour ça. Tant que tu es dans le rythme, ça va. Au moment de l’élimination, tu ne sens pas l’effet négatif, mais tu as tellement bossé qu’à un moment ça coince mentalement. Et ça agit sur le physique.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct