lesoirimmo

Pérou: un scrutin sous le double signe de la crise sanitaire et de l’éclatement politique

Selon les sondages, les six candidats les mieux placés pour le premier tour de la présidentielle de ce dimanche ne sont crédités que de 8 à 12 % des intentions de vote - ici, l’un des candidats de gauche, Pedro Castillo, un enseignant, en campagne à cheval à Lima.
Selon les sondages, les six candidats les mieux placés pour le premier tour de la présidentielle de ce dimanche ne sont crédités que de 8 à 12 % des intentions de vote - ici, l’un des candidats de gauche, Pedro Castillo, un enseignant, en campagne à cheval à Lima. - EPA

Le double scrutin – présidentiel et législatif – prévu ce dimanche au Pérou ne suscite pas un enthousiasme échevelé, bien au contraire. Une bonne partie des vingt-cinq millions d’électeurs oscille entre résignation, rejet et désintérêt à quelques heures de départager les dix-huit prétendants à la succession du président intérimaire Francisco Sagasti, aux commandes depuis cinq mois. Selon les derniers sondages, le candidat le mieux placé est crédité de 12 % des intentions de vote. Derrière, ils sont cinq à être en embuscade avec 8 à 11 % des soutiens. Tous peuvent espérer se qualifier au deuxième tour de la présidentielle.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct