Fabienne Snappe: «Nous étions prêts et frustrés de ne pouvoir agir plus»

© Hatim Kaghat / Le Soir
© Hatim Kaghat / Le Soir

Q uand la nouvelle de l’attentat de Zaventem nous parvient, on reste figés sans réaction, il y a comme un black-out. C’est arrivé. Alors que l’on se prépare depuis des semaines à cette éventualité, on voudrait croire que cela n’arrive jamais. Mais, très vite, les choses s’organisent. L’équipe est au complet et renforcée par les deux chefs infirmiers et un infirmier chef adjoint. La centrale 112 nous demande de préparer un 2e départ Smur alors que notre première équipe part sur les chapeaux de roue en direction de l’aéroport. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct