Fil info

Carte blanche: «Renforçons la coopération transatlantique pour lutter contre le changement climatique»

Le 27 janvier dernier, Joe Biden prononce un discours sur la lutte contre le changement climatique en présence de l’envoyé de la Maison-Blanche pour le climat, John Kerry, et de la vice-présidente Kamala Harris à la Maison-Blanche.
Le 27 janvier dernier, Joe Biden prononce un discours sur la lutte contre le changement climatique en présence de l’envoyé de la Maison-Blanche pour le climat, John Kerry, et de la vice-présidente Kamala Harris à la Maison-Blanche. - Reuters

Nous nous félicitons des engagements pris par la nouvelle administration Biden-Harris visant à renouer avec la lutte contre le changement climatique et saluons le retour des États-Unis dans l’Accord de Paris sur le climat. Des deux côtés de l’Atlantique, nous partageons désormais le même objectif : atteindre la neutralité carbone d’ici 30 ans, en 2050.

L’alliance entre les États-Unis et l’Europe est essentielle pour lutter contre le changement climatique et garantir une transition juste et durable. Ensemble, nous pesons pour environ 25 % des émissions mondiales de CO2 et 40 % du PIB mondial. Nous représentons un marché de 800 millions de personnes. Les États-Unis sont l’un des principaux partenaires commerciaux de l’Europe. En agissant ensemble, nous pouvons faire la différence et réussir la transition dont nous avons besoin au niveau global.

Six mois après les élections européennes de mai 2019, l’Europe a mis sur la table le plus grand plan de transition à l’échelle d’un continent : le Pacte vert européen. Certains pensaient que la crise du covid allait altérer cette ambition mais, au contraire, l’UE a choisi d’accélérer la transition écologique. Nous déployons un plan de relance qui va à la fois sauver et transformer notre économie en l’alignant sur la trajectoire de l’Accord de Paris. Il permettra de mobiliser 250 milliards d’euros pour la lutte contre le changement climatique en seulement trois ans. C’est le plus grand choc d’investissements verts jamais décidé en Europe ! Nous avons également assuré qu’aucun financement n’aurait un impact négatif sur le climat et l’environnement. Nous sommes fiers de cette réussite et nous espérons que les États-Unis suivront la même direction avec leur plan « Build back better ».

Une transformation systémique

L’UE est aujourd’hui leader en matière d’ambition climatique. Nous avons déjà adopté notre nouvel objectif climatique pour 2030 et développons une nouvelle taxonomie pour les investissements verts. L’une des pierres angulaires de cette ambition est notre loi européenne sur le climat qui grave nos objectifs climatiques dans la loi. Grâce à cette législation, nous avons un chemin clair afin d’atteindre nos objectifs pour les prochaines décennies.

Au cours des 18 prochains mois, nous allons amorcer une transformation systémique : notre manière de produire, consommer, se déplacer, se nourrir ou encore d’échanger avec le reste du monde vont profondément évoluer. L’objectif de ce changement sans précédent : faire en sorte que toutes nos politiques contribuent à la lutte contre le changement climatique.

Pour cela, nous allons demander à nos industries qu’elles deviennent plus vertes et qu’elles investissent davantage dans les technologies à faible émission de carbone grâce à un prix du carbone plus élevé. Tout en engageant ces réformes, nous devrons garantir des conditions de concurrence équitables face à ceux qui ne joueraient pas le jeu. C’est le sens du mécanisme d’ajustement carbone aux frontières qui sera présenté en juin.

S’engager dans des réformes communes

Les États-Unis et l’UE sont confrontés à des défis différents dans la transition vers la neutralité carbone. Alors que l’UE dépend des importations d’énergie pour satisfaire la moitié de ses besoins énergétiques, les États-Unis, en revanche, ont commencé à exporter davantage d’énergie qu’ils n’en importent. Au-delà de ces différences, nous avons un programme commun et nous devons nous engager dans des réformes communes. Nous partageons également la même préoccupation : la transition doit être juste et équitable pour éviter de pénaliser nos citoyens, nos travailleurs et nos industries. C’est pourquoi nous devons renforcer notre coopération et travailler ensemble pour décarboner nos systèmes énergétiques, verdir nos systèmes financiers, déployer des véhicules zéro émissions et accélérer la rénovation des bâtiments.

Viser un objectif ambitieux

Cette décennie est cruciale pour lutter contre le changement climatique ! La crise climatique n’a aucune couleur politique, aucune frontière, et aucun vaccin ne nous protégera de ses impacts. Nous, décideurs politiques européens, chefs d’entreprise, d’associations d’entreprises, de syndicats et de groupes de réflexion et de parties prenantes, appelons les États-Unis à être à la hauteur de leurs ambitions en adoptant un objectif climatique de réduction d’au moins 50 % des émissions de GES d’ici 2030 (par rapport au niveau de 2005).

Une vision partagée pour créer un mouvement mondial

Nous pouvons nous appuyer sur notre longue histoire commune et sur cette nouvelle vision partagée pour créer un mouvement mondial et accompagner la transformation de nos sociétés vers un nouveau modèle de prospérité. Avec des économies neutres en carbone et une biodiversité préservée, nous avons le potentiel pour créer des emplois et améliorer la qualité de vie de nos citoyens. Nous avons l’opportunité de construire une nouvelle coopération transatlantique dont l’objectif central est l’atteinte de la neutralité carbone.

Ainsi, nous appelons les États-Unis à faire preuve d’audace et d’ambition, au même titre que l’Europe avec son Pacte vert européen. Nous nous engageons à renforcer notre coopération pour avancer ensemble vers la neutralité carbone. Il s’agit d’une opportunité unique, alors ne la ratons pas !

*Signataires : Jon Abrahamsson Ring, CEO Inter IKEA Group ; Nikos Avlonas, président du Centre for Sustainability and Excellence ; Bertrand Badré, CEO Blue like an Orange sustainable capital, ancien directeur général de la Banque mondiale ; Jean-Louis Bal, président SER ; Julie Beaufils, secrétaire générale Europe On (European Association of Electrical Contractors) ; Christophe Beck, CEO Ecolab ; Marc Berg, CEO FREE NOW Group ; Stéphane Bijoux, MEP Renew Europe ; Dr.-Ing Leonhard Birnbaum, CEO E.ON ; Gilles Boyer, MEP Renew Europe ; Matt Brittin, président EMEA Business & Operations Google ; Jesper Brodin, CEO Ingka Group (IKEA) ; Sylvie Brunet, MEP Renew Europe ; Thomas Buberl, CEO AXA ; Christopher Burghardt, président ChargeUp Europe ; Delara Burkhardt, MEP S&D ; Bertrand Camus, CEO Suez ; Pascal Canfin, président du Comité Environment de Public Health and Food Safety ; Catherine Chabaud, MEP Renew Europe ; Mohammed Chahim, MEP S&D ; Olivier Chastel, MEP Renew Europe ; Niels B. Christiansen, CEO Lego Group ; Armond Cohen, directeur exécutif Clean Air Task Force ; Omar Cordes, CEO Ownership capital ; Paul-Adrien Cormerais, CEO Pony ; Pierre-André de Chalendar, CEO Saint Gobain ; Pascal Demurger, CEO MAIF ; Massimo di Tria, directeur général des investissements Società Cattolica di Assicurazione ; Sandrine Dixson-Declève, Co-présidente Club de Rome ; Philippe Donnet, CEO Assicurazioni Generali ; Pascal Durand, MEP Renew Europe ; Bas Eickhout, MEP Greens/EFA ; Fabienne Keller, MEP Renew Europe ; Laurence Farreng, MEP Renew Europe ; Pierroberto Folgiero, CEO NextChem et CEO Maire Tecnimont Group ; Antoine Frerot, CEO Véolia ; Ignacio S. Galán, président et CEO Iberdrola S.A.; Michel Giannuzzi, président et CEO Verallia ; Jean-Pierre Grimaud, CEO OFI AM ; Catherine Guillouard, CEO RATP ; Lars Hanseid, président EMEA, 3M Company ; Bjørn Kjærand Haugland, CEO Skift Business Climate Leaders ; Gerbrand Haverkamp, directeur exécutif World Benchmarking Alliance ; Valérie Hayer, MEP Renew Europe ; Helena Helmersson, CEO H&M Group ; Martin Hojsik, MEP Renew Europe ; Peter Hug, directeur général eu.bac European Building Automation and Controls Manufacturers Association ; Thomas Ingenlath, CEO Polestar ; Alan Jope, CEO Unilever ; John Keppler, CEO Enviva ; Christoph Klein, managing partner ESG Portfolio Management ; Michaela Koller, directrice générale Insurance Europe ; Nikos Koumettis, président de Coca-Cola en Europe ; Gregory Labrousse, CEO namR ; Pascal Lamy, coordinateur Institut Delors (Paris, Berlin, Bruxelles) ; Christian Levin, président et CEO Scania CV AB ; Jean Bernard Lévy, président et CEO EDF ; Peter Liese, MEP EPP ; Javi Lopez, MEP S&D ; Gauthier Louette, président et CEO SPIE ; Cesar Luena, MEP S&D ; Thierry Mallet, président d’UTP, CEO Transdev Group ; Andrea Mariani, directeur Fondo Pegaso ; Karen Melchior, MEP Renew Europe ; Silvia Melegari, secrétaire générale CEI-Bois ; Dirk Meuleman, CEO Phenix Capital ; Iskra Mihaylova, MEP, vice-présidente de Renew Europe ; Jan Moström, président et CEO LKAB (Luossavaara-Kiirunavaara Aktiebolag) ; Manfred Mühlberger, président Ecopreneur.eu ; Frederic Nadal, CEO Mv Credit ; Sabine Nallinger, directrice générale Foundation 2º – German companies for climate protection ; Jutta Paulus, MEP Greens ; Diego Pavia, CEO EIT InnoEnergy ; Yves Perrier, CEO Amundi ; Morten Helveg Petersen, MEP Renew Europe/Radikale Venstre ; Bertrand Piccard, président de la Fondation Solar Impulse ; Sirpa Pietikäinen, MEP EPP ; Paul Polman, président Imagine ; Henri Poupart-Lafarge, CEO Alstom ; Luc Prayssac, CEO RAIR (Réseau des Administrateurs pour un Investissement Responsable) ; Jürgen Reinert, CEO SMA Solar Technology AG ; Eric Rondolat, CEO Signify ; Giuseppe Santoro, président d’Inarcassa ; Günther Schiendl, membre du bureau exécutif de VBV Pensionskasse ; Annamaria Seganti, Membre du conseil d’administration Cassa Forense ; Jean-Dominique Senard, Président du Conseil d’administration Renault ; Francesco Starace, CEO Enel ; Markus Steilemann, CEO Covestro ; Ana Struna Bregar, CEO CER – Sustainable Business Network Slovenia ; Irène Tolleret, MEP Renew Europe ; Enrique Tombas Navarro, CEO Suma Capital SGEIC SA ; Nils Torvalds, MEP Renew Europe ; Costas Travasaros, président Solar Heat Europe/ESTIF ; Pierre Valentin, CEO Ecofi investissements ; Maarten van Dijk, CEO SkyNRG ; Peter Vanacker, président et CEO Neste Corp. ; Marie-Pierre Vedrenne, MEP Renew Europe, vice-présidente de l’International Trade Committee ; Viñuales Víctor, directeur exécutif ECODES ; Michael Villa, directeur exécutif smartEn ; Ludovic Voet, secrétaire confédéral ETUC ; Andrea Voigt, directeur général EPEE ; Pernille Weiss, MEP EPP ; Eliot Whittington, directeur Corporate Leaders Groups ; Philippe Zaouati, CEO Mirova.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    1€
    le 1er mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en Cartes blanches