lesoirimmo

Mort de Daunte Wright: une culture du maintien de l’ordre toujours sur la sellette

Daunte Wright est mort dimanche des suites d’un coup de pistolet tiré à bout portant, dans l’abdomen, par une policière qui a confondu son taser et son arme de poing.
Daunte Wright est mort dimanche des suites d’un coup de pistolet tiré à bout portant, dans l’abdomen, par une policière qui a confondu son taser et son arme de poing. - Photo News.

Caron Nazario est un miraculé. Ce lieutenant de l’armée américaine, latino et noir, conduisait son puissant 4x4 aux vitres teintées le 5 décembre 2020 à la nuit tombée, sur une route de campagne en Virginie, près de la grande base militaire de Norfolk, lorsque des gyrophares apparaissent dans son rétroviseur. Mû par un pressentiment, il poursuit sa route jusqu’à une station-service, éclairée. S’il doit mourir de brutalité policière, autant que cela soit devant témoins et vidéosurveillance. La suite montrera qu’il ne s’est pas trompé : les deux policiers qui l’interpellent le rudoient, l’aspergent de lacrymogène, puis le plaquent au sol et le menottent. Non sans l’avoir verbalement menacé et évoqué une issue fatale pour le cas où il refuserait d’obtempérer. Les pistolets sont dégainés, les ordres aboyés, parfois contradictoires : « montrez-moi vos mains ! », puis « sortez de ce véhicule ! » Son uniforme, son grade, ses appels à la raison durant sa propre interpellation n’ont servi à rien.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct