lesoirimmo

Utiliser les images policières pour éviter les émeutes? Oui, mais avec réserve

Les émeutes à Liège en mars dernier.
Les émeutes à Liège en mars dernier. - AFP.

La première chose que font les gens lorsqu’une intervention de police est en cours, c’est de dégainer leur GSM, constate Ignacio De La Serna, procureur général de Mons, chargé des relations avec la police au sein du Collège des procureurs généraux. « Les policiers ne comprennent pas toujours : ils saisissent le GSM ou interdisent de filmer, alors que la police est le bras armé de la force publique, c’est public, on peut filmer ! », insiste-t-il. Le problème réside dans le fait que ces images peuvent, « de manière partielle et souvent partiale », poursuit-il, se retrouver sur les réseaux sociaux, agissant parfois en véritable détonateur pour des mouvements de contestation.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct