lesoirimmo

Et de quatre pour Emma Meesseman avec Ekaterinbourg

Emma Meesseman et les ogresses d’Ekaterinburg ont tout dévoré sur le continent européen.
Emma Meesseman et les ogresses d’Ekaterinburg ont tout dévoré sur le continent européen. - Reuters

Si la crise sanitaire n’avait pas brusquement mis fin à la saison passée, Emma Meesseman aurait déjà dépassé Ann Wauters, la première grande Dame du basket belge féminin, au palmarès de la plus prestigieuse compétition européenne : son équipe d’Ekaterinbourg, la plus puissante du monde tant son propriétaire milliardaire ne s’embarrasse d’aucune limite pour attirer en Sibérie des stars de tous horizons, est invaincue depuis… novembre 2019 ! Dimanche, dans le huis clos d’Istanbul, la Sportive de l’Année n’a « que » égalé son aînée de 13 ans en remportant son 4e titre sur les 5 dernières éditions de l’Euroleague, avant de briguer un 6e sacre consécutif promis en Russie tant l’ogre d’Ekat y écrase la concurrence depuis plus d’une décennie et entamera la finale des playoffs mercredi, face à Koursk, le seul club qui a brisé son hégémonie européenne en 2017, sans avoir goûté à la moindre défaite cette saison.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct