lesoirimmo

Michael Stipe: «Il faut être très fort pour s’autoriser à être vulnérable»

Michael Stipe.
Michael Stipe. - David Belisle

En 1986, le groupe américain REM lançait une chanson intitulée « It’s the end of the world as we know it (And I feel fine) » (C’est la fin du monde tel que nous le connaissons, et je me sens bien). L’idée de ces paroles est venue au chanteur du groupe, Michael Stipe, dans un rêve. Il se rendait à une fête où tous les invités avaient pour initiales L. B. Leonard Bernstein, Lenny Bruce, Lester Bangs, Léonid Brejnev… Ils apparaissent tous dans la chanson.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct