lesoirimmo

UE: un soutien à Kiev sans déterrer la hache de guerre avec Poutine

«Le risque d’une nouvelle escalade est évident», a déploré lundi Josep Borrell lors de la réunion des ministres européens des Affaires étrangères par visioconférence.
«Le risque d’une nouvelle escalade est évident», a déploré lundi Josep Borrell lors de la réunion des ministres européens des Affaires étrangères par visioconférence. - Reuters

éclairage

La question revient hanter, comme une ritournelle, l’agenda des Européens : que faire avec Vladimir Poutine ?

Pour l’heure, et même si le risque d’un dérapage à la frontière avec l’Ukraine est dans tous les esprits tandis que la vie de l’opposant nº1 Alexeï Navalny, toujours incarcéré, est en danger, selon ses proches : hausser le ton, se faire entendre, appeler à la désescalade. Comme en 2014… lorsque ces appels n’avaient pas empêché l’annexion de la grande péninsule ukrainienne de Crimée par la Russie, puis la poursuite du grignotage du territoire de l’Ukraine, à l’Est, dans le Donbass.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct