lesoirimmo

Afghanistan: «Avec le retrait américain, nous, les femmes, risquons de tout perdre»

Habiba Sarabi.
Habiba Sarabi. - Ahmad Massoud/Reuters

Lorsqu’elle quitte la table pour répondre au téléphone, elle est clairement découragée : « Ça ne va pas. Ça ne va pas du tout. » Habiba Sarabi nous parle depuis Doha, où les pourparlers entre la délégation gouvernementale et les talibans se poursuivent depuis des mois pour décider de l’avenir de l’Afghanistan. Habiba Sarabi est une véritable légende dans son pays : ancienne gouverneure de Bamiyan – la seule province à majorité hazara (et donc chiite) de l’Afghanistan sunnite –, cette femme, qui a occupé la plus haute fonction politique de l’Afghanistan post-2001, une période alors pleine d’espoir, était le modèle auquel toutes les femmes afghanes aspiraient à ressembler. Et le temps n’a pas eu de prise sur elle. Pas étonnant qu’il y a quelques semaines, à la table des négociations avec les talibans à Moscou, elle était la seule femme de la délégation afghane.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct