lesoirimmo

Comment empêcher que la Birmanie devienne la nouvelle Syrie?

En Birmanie, le NUG, gouvernement d’union nationale, sorte d’exécutif d’opposition avec à sa tête Aung San Suu Kyi et le président Win Myint, tous deux emprisonnés, est très largement soutenu par la population.
En Birmanie, le NUG, gouvernement d’union nationale, sorte d’exécutif d’opposition avec à sa tête Aung San Suu Kyi et le président Win Myint, tous deux emprisonnés, est très largement soutenu par la population. - EPA

Décodage

Au moins 739 civils tués par l’armée dont une cinquantaine d’enfants, des bombardements qui ont forcé 250.000 personnes à fuir, des manifestants pacifiques qui rejoignent des groupes armés : depuis le coup d’Etat du 1er février, la situation dérape dangereusement en Birmanie.

« Il y a des échos clairs de la Syrie en 2011. Là aussi, nous avons vu des manifestations pacifiques accueillies par une force inutile et clairement disproportionnée. Je crains que la situation en Birmanie ne se dirige vers un conflit généralisé. Les États ne doivent pas permettre que les erreurs fatales commises en Syrie et ailleurs se répètent », avait alerté il y a 10 jours la Haute-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme Michelle Bachelet.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct