Marc Compernol: «Un SMS puis des blessés et des morts qui tombent»

© Hatim Kaghat / Le Soir
© Hatim Kaghat / Le Soir

Le 22 mars dernier, lorsqu’il rentre enfin chez lui, le général Marc Compernol demande à son épouse d’éteindre la télévision : un trop-plein d’informations et l’envie d’un peu de répit après une journée où il n’en a pas eu.

Marc Compernol est chef des opérations à la Défense, autrement dit le numéro deux de l’armée belge. Lorsque les deux premières explosions se produisent ce matin-là à Zaventem, il va entrer en réunion au quartier militaire Reine Élisabeth à Evere avec une vingtaine de chefs de division. Dans le bâtiment dévolu à l’état-major, quelques minutes d’une apparente normalité s’écoulent encore. Puis, un SMS tombe sur le téléphone portable d’un officier qui participe à la réunion. « Une explosion à Zaventem. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct