lesoirimmo

Ursula von der Leyen sur le sofagate: «C’est arrivé parce que je suis une femme»

A la fin du débat, von der Leyen promet qu’elle «continuera à se battre pour une Union qui parle d’une même voix. Et ça, c’est notre tâche commune, Charles».
A la fin du débat, von der Leyen promet qu’elle «continuera à se battre pour une Union qui parle d’une même voix. Et ça, c’est notre tâche commune, Charles». - AFP.

La détente n’est pas encore en vue, si tant est qu’elle se produise un jour. Vingt jours après le désormais fameux « Sofagate », la présidente de la Commission européenne a fait le choix de calibrer son intervention à la tribune du Parlement européen pour… enfoncer le clou.

A Ankara, Ursula von der Leyen s’est sentie « blessée » et « seule », appuie-t-elle, « en tant que femme et en tant qu’Européenne ». La charge est lourde. Et si la présidente de l’institution ne nomme aucun agresseur, il n’y avait que deux hommes, ce jour-là, assis face à elle restée debout dans le salon du palais présidentiel : le chef de l’Etat turc, Recep Tayyip Erdogan, et celui du Conseil européen, Charles Michel…

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct