lesoirimmo

L’AIP, cet édifice effondré qui en ébranle d’autres

Le ministre fédéral de l’Emploi, Pierre-Yves Dermagne, n’est pas au bout de ses peines.
Le ministre fédéral de l’Emploi, Pierre-Yves Dermagne, n’est pas au bout de ses peines. - Belga.

L’Accord interprofessionnel (AIP) 2021-2022 ne sortira probablement jamais de terre. Et on ne fera pas mine d’être surpris.

On savait que la construction d’un tel accord serait cette fois bien plus difficile encore que par le passé. Une surface de négociation très limitée – la norme salariale fixée à 0,4 %, en raison du ralentissement économique engendré par le confinement et la crise sanitaire – et, dès lors, très peu de « briques » à partager pour ériger cet édifice bisannuel soutenu par les arcs-boutants patronaux et syndicaux. Et puisque les matériaux étaient rares, il faudrait aller les chercher dans les quelques secteurs ayant prospéré durant cette maudite année 2020 ainsi que dans des thématiques annexes à la négociation salariale : fin de carrière, salaire minimum.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct