Christl Verbiest: «J’aurais bien continué jusqu’au bout de la nuit»

© Bart Dewaele / De Standaard
© Bart Dewaele / De Standaard -

V ers 16 h, la direction de la DVI m’a confirmé que je pouvais me rendre à l’UZ Gasthuisberg de Louvain-Leuven pour m’occuper de l’identification des premières victimes de l’aéroport, explique Christl Verbiest, collègue d’Eddy De Valck. J’étais déjà en route, je ne voulais pas arriver la dernière alors que j’allais diriger l’équipe des dentistes. Je voulais pouvoir me mettre tranquillement à l’œuvre. J’ai terminé les soins chez les patients qui étaient chez moi et j’ai décommandé les autres. Dans le courant de la matinée, je suis encore passée chez ma sœur. Elle habite juste à côté de Gasthuisberg. J’y ai passé le reste de la semaine.  »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct