Rudi De Coster: «J’étais dans le périmètre, je ne pouvais pas partir»

© Bart Dewaele / De Standaard
© Bart Dewaele / De Standaard -

T out à coup, j’ai vu sortir des dizaines de personnes du métro, complètement paniquées, explique Rudi De Coster, qui vend des fleurs juste à l’entrée d’une bouche de métro de la station Schuman. Ils n’étaient pas blessés, mais avaient l’air terrifiés. C’est indescriptible comme impression.  »

«  Je ne l’ai pas cru tout de suite, non plus, quand j’ai vu tous ces gens remonter à la surface. J’étais en train d’écouter les infos sur l’attentat de l’aéroport à la radio. J’ai commencé à réaliser ce qu’il se passait quand le personnel des guichets de la station est également remonté et quand ils ont commencé à parler du souffle qu’ils avaient ressenti.  »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct