Tom Schiettecat: «Ce qui va rester, c’est cette odeur de chair brûlée»

© Bart Dewaele / De Standaard
© Bart Dewaele / De Standaard -

J e me trouvais à cinq minutes du bureau quand j’ai entendu qu’il y avait eu une explosion à l’aéroport, entame Tom Schiettecat. J’ai immédiatement pris contact avec mes collègues. Nous étions en pleine préparation d’une campagne de promotion pour la journée de la famille et je voulais éviter qu’on en parle ce matin-là sur les réseaux sociaux. Ce serait inapproprié.  »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct