Eddy De Valck: «Il a d’abord fallu trouver un appareil de radiographie Nomad que nous n’avions pas»

© Bart Dewaele / De Standaard
© Bart Dewaele / De Standaard -

J ’étais encore chez moi vers 8 heures quand j’ai vu un appel manqué d’un de mes collègues d’Anvers : “Devons-nous travailler ?” Je n’étais pas encore au courant de l’explosion à Zaventem. Juste après, j’ai reçu un deuxième message  : “Bombe à Zaventem.” Je l’ai immédiatement rappelé. Deux bombes avaient explosé. Il était très clair qu’il y avait beaucoup de victimes. Nous savions que nous allions entrer en action.  »

Eddy De Valck est dentiste à Beigem. En cas de catastrophe, il appuie la Disaster Victim Identification (DVI) de la police fédérale pour identifier les victimes sur la base de leur dentition.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct