lesoirimmo

Jolis mouchoirs, dentelles et fanfreluches

Au début du siècle dernier, Paul Duvivier, un avocat féru d’histoire, a consacré plusieurs ouvrages à la Révolution et au Premier Empire.

Dans L’Exil de Cambacérès à Bruxelles, il relate avec déférence les séjours et passages de Napoléon Bonaparte en cette ville alors sous domination française.

En 1798, le « vainqueur de Lodi » impressionna le « Bruxellois » qui tenait l’hôtellerie de la rue de la Madeleine où il était logé, s’émoustille Paul Duvivier. « Nous supposons qu’il vit sur-le-champ à qui il avait affaire, car les portraits de Bonaparte avaient, depuis ses succès en Italie, popularisé partout les signes caractéristiques de son admirable visage » (sic).

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct