lesoirimmo

Les Racines élémentaires d’Augustin Trapenard: «J’ai défié le patriarcat, le règne de l’hétérosexualité et la virilité de mes parents»

Des livres tapissent ses murs, les phrases de ses écrivains favoris tatouent son corps: «La littérature est une addiction. Je peux être en manque.»
Des livres tapissent ses murs, les phrases de ses écrivains favoris tatouent son corps: «La littérature est une addiction. Je peux être en manque.» - Geoffroy Van Der Hasselt

entretien

De Barack Obama à Charlotte Gainsbourg en passant par Daniel Day Lewis ou Bret Easton Ellis ou James Ellroy : Augustin Trapenard les a tous reçus et « confessés ». Dans son « Boomerang », ils disent des choses différentes, ils écrivent des lettres de confinement, ils dansent avec les doigts, ils lisent de la poésie et des chansons à haute voix.

Vous ne seriez pas devenu qui vous êtes si…

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct