lesoirimmo

Michel Draguet: «Je me réjouis que le Chat installe son panier sur le Mont-des-Arts. Je me réjouis que l’irrévérence y trouve refuge»

Les paroles s’envolent, les aigris restent », disait en son temps Francis Blanche. Le précepte n’a, semble-t-il, rien perdu de son actualité. Si ce n’est qu’à l’ère de la «  Cancel Culture  », la violence domine le propos. Le dessin de presse n’aurait pas sa place au musée… Pourquoi ? Et la chemise ? N’est-elle pas magistralement exposée à Argenton-sur-Creuse comme la fraise l’est à Wépion ? La BD ne serait pas de la culture ? Pourquoi une jeune enseignante canalise-t-elle son énergie et son intelligence sur le rejet plutôt que sur l’abolition des préjugés ? Ce qu’on attend de la jeunesse c’est un nouvel horizon plus large, plus ambitieux pas un rétrécissement de liberté d’entreprendre fondé sur de faux arguments d’un conservatisme poussif.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct