lesoirimmo

Benoît Decron: «Le Chat de Geluck, avec son musée, peut apporter un peu d’air des hauteurs»

Si le milieu de l’art produisait quelque chose de joyeux, ça se saurait. Il est triste comme un séminaire des années 50, la soutane en moins mais attaché – comme une bernique – au dogme fondateur ou prétendument.

Je lis les échanges, la pétition contre le musée du Chat, écoutant de droite et de gauche et je suis sidéré.

L’affaire du musée du Chat à Bruxelles vient rappeler à point nommé que n’est pas artiste qui veut, qu’il y a deux poids et deux mesures entre ceux qui doivent compter et ceux qui ne comptent pas, parce qu’ils gagnent des sous (aïe aïe aïe) et parce qu’ils font du marketing (alors là). Il faudrait un certificat d’artiste. D’une manière générale, je n’aime pas les cases et les oukases.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct