lesoirimmo

Limiter le réchauffement, c’est moins de calottes fondues

Limiter le réchauffement, c’est moins de calottes fondues

Les études sur le changement climatique et ses futurs impacts apportent rarement des bonnes nouvelles. Mais la plupart d’entre elles peuvent être lues de manière plus positive. Souvent, les effets dévastateurs qui sont décrits peuvent être évités si des mesures résolues sont prises pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et pour s’adapter aux impacts inévitables du réchauffement.

La dernière étude parue dans « Nature » est un exemple. Selon cette recherche menée par plus de 80 chercheurs dont certains viennent de l’ULB, de la VUB et de l’ULiège, l’élévation du niveau des mers due à la fonte des calottes glaciaires pourrait être réduite de moitié au cours de ce siècle si le monde parvient à limiter la hausse de la température à 1,5ºC au-dessus de l’ère préindustrielle. En d’autres termes : si l’objectif le plus strict de l’accord de Paris était atteint, on échapperait au pire en matière de niveau des mers, même si une partie de l’élévation aura tout de même lieu.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct