Fil info

Carte blanche: osez confier l’avenir de l’Europe aux citoyens!

Carte blanche: osez confier l’avenir de l’Europe aux citoyens!
Rudolf Marton

Il y a tout juste cinq ans nous lancions un appel pour une Renaissance européenne dans ces mêmes colonnes et dans les principaux journaux du continent. Nous proposions une feuille de route concrète pour maintenir l’unité des Européens et appelions à un processus permettant aux citoyens, aux partenaires sociaux, à la société civile et aux États d’écrire ensemble une nouvelle page audacieuse de notre histoire commune. Depuis, la feuille de route a été mise en œuvre.

C’est ce 9 mai que vient enfin d’être lancée la Conférence sur l’avenir de l’Europe. Nous nous réjouissons de cet événement qui répond à nos vœux.

Repenser le modèle de société

L’Union européenne se trouve aujourd’hui à la croisée des chemins. Elle est confrontée à des défis existentiels qui l’obligent à repenser son modèle de société, ses valeurs, et sa place dans le monde. Le choc climatique, la rivalité accrue des puissances, la révolution numérique et l’urgence sanitaire, requièrent des réponses politiques, institutionnelles et financières d’une ampleur inédite qui dépassent largement nos cadres nationaux.

Pour relever ces défis, la réforme de nos modes de décision et d’exécution est indispensable. Elle ne sera légitime que si les citoyens de l’Union y sont associés effectivement et massivement. Ce qui est prévu dans le cadre de la Conférence ne permet pas de l’envisager aujourd’hui à l’échelle nécessaire.

Toucher un maximum de citoyens

Certes, pour toucher les citoyens, une plateforme numérique a été mise en place. Mais qui le sait ? Qui est au courant de la décision des dirigeants européens de proposer une Conférence sur l’avenir de l’Europe ?

Mener à bien une telle entreprise requiert une puissante volonté politique, des moyens financiers considérables ainsi qu’une mobilisation préalable de la société. En l’absence de ces prérequis, les consultations citoyennes ne parviennent pas à engager suffisamment de citoyens. C’est ainsi que les consultations européennes qui ont été conduites jusqu’ici par les gouvernements et les institutions n’ont hélas mobilisé que quelques dizaines de milliers de personnes.

Il est pourtant possible de mieux faire : l’initiative WeEuropeans portée par Civico Europa et Make.org en amont des élections européennes de 2019 a impliqué près de deux millions de personnes dans 27 pays et 24 langues. Ce sont les moyens consentis et la place centrale donnée aux citoyens et à la société civile dans le dispositif qui ont garanti son succès.

Ce sont ces mêmes éléments de réussite qu’il faut réunir si nous ne voulons pas que la Conférence sur l’avenir de l’Europe se solde par un échec.

Nous appelons donc les Chefs d’État et de gouvernement à lancer sans délai un appel à la mobilisation civique dans chacun de leur pays, en y associant de manière sincère les citoyens et les forces représentatives de la société civile et des collectivités locales.

Nous les invitons à promouvoir la participation citoyenne à travers la plateforme dédiée. Surtout, nous leur demandons d’organiser avec la société civile et les partenaires sociaux des consultations délibératives engageant le plus grand nombre avec une méthodologie commune qui permette aux participants de s’inscrire dans une vraie perspective européenne.

Il s’agit de passer d’une approche instrumentale de la citoyenneté à une vision collective de l’avenir de l’Union.

Faire de chacun un acteur du futur

Soyons clairs, cette Conférence ne sera utile que si elle permet aux citoyens de définir un projet commun pour l’avenir, alors que nous ne sommes qu’au tout début des transitions numérique, écologique et démographique qui transforment le monde et la réalité européenne de manière inédite. Sans espérances partagées, il ne sera pas possible de s’accorder sur des changements de trajectoire politique : qu’il s’agisse de réviser les politiques existantes, d’impulser de nouvelles politiques notamment dans les domaines de la santé, du social ou de la culture ou d’écrire de nouveaux traités.

C’est une immense responsabilité que les Etats et les institutions européennes prennent en lançant la Conférence sur l’avenir de l’Europe. Cette responsabilité les oblige à l’audace.

Le moment est venu de faire confiance à chacun d’entre nous pour décider ensemble de l’avenir de notre Union.

*Cosignataires : Lionel Baier (CH), réalisateur ; Enrique Baron Crespo (ES), ancien président du Parlement européen ; Brando Benifei (IT), député européen, président du Groupe Spinelli ; Gilbert Bourseul (FR), président de Topics ; Mercedes Bresso (IT), économiste, ancienne présidente du Comité des régions ; Marco Cappato (IT), président de EUmans ; Alessia Centoni (IT), présidente de European Women Association ; Jasmina Cibic (SLO), artiste ; Daniel Cohn-Bendit (FR/DE), ancien président du groupe des Verts au Parlement européen ; Jože P. Damijan (SLO), économiste ; Tremeur Denigot (FR), professeur, membre de CIVICO Europa ; Michele Fiorillo (IT), philosophe, coordinateur du réseau CIVICO Europa ; Virginia Fiume (IT), coordinatrice of EUmans ; Cynthia Fleury (FR), philosophe ; Luca Jahier (IT), ancien président du Comité économique et social ; Jo Leinen (DE), ancien député européen, ancien président du Mouvement européen international ; Alexandra Mitsotakis (GR), présidente du World Human Forum ; Jonathan Moskovic (BE), ancien coordinateur de G1000, conseiller pour l’innovation démocratique ; Stojan Pelko (SLO), ancien secrétaire d’État à la Culture ; Rosen Plevneliev (BG), ancien président de la République ; Magali Plovie (BE), présidente du Parlement francophone bruxellois ; Janez Potocnik (SLO), ancien commissaire européen ; Sneska Quaedvlieg-Mihailovic (NL/RS), secrétaire générale d&#39, Europa Nostra ; Petre Roman (RO), ancien Premier ministre ; Yvan Sagnet (CM), écrivain, fondateur de l’Association NoCap ; Fernando Savater (ES), philosophe ; Roberto Saviano (IT), écrivain ; Elly Schlein (IT), vice-Président de la Région Emilia Romagna ; Daniela Schwarzer (DE), directrice éxecutive de la Open Society Foundation ; Denis Simonneau (FR), président d’EuropaNova ; Claus Haugaard Sørensen (DK), ancien directeur général de la Commission européenne ; Farid Tabarki (NL), fondateur de Studio Zeitgeist ; Álvaro Vasconcelos (PT), fondateur de Forum Demos, ancien directeur de l’Institut d’études de sécurité de l’Union européenne ; Cédric Villani (FR), mathématicien, médaille Fields, député ; Pietro Vimont (FR / IT), membre fondateur de Civico Europa ; Luca Visentini (IT), secrétaire général de la Confédération européenne des syndicats ; Sasha Waltz et Jochen Sandig (DE), respectivement chorégraphe et directeur de la Sasha Waltz Company ; Slavoj Žižek (SLO), philosophe.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    1€
    le 1er mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en Cartes blanches