lesoirimmo

Coronavirus: le Comité de concertation, un mal nécessaire qui se cherche un successeur

Le Comité de concertation, une structure lourde, compliquée mais qui, avec tous ses défauts, a permis de maintenir une relative paix communautaire au plus fort de la pandémie.
Le Comité de concertation, une structure lourde, compliquée mais qui, avec tous ses défauts, a permis de maintenir une relative paix communautaire au plus fort de la pandémie. - Belga.

Le Comité de concertation, c’est comme la voiture familiale : tout le monde préférerait conduire une petite sportive, mais c’est le seul véhicule dans lequel on peut faire rentrer toute la famille. » A la veille du vingt-huitième « Codeco » avec conférence de presse, voici joliment esquissée la perception d’un membre régulier de ce cénacle, qui réunit le fédéral, les Régions et les Communautés et est chargé de prendre des décisions coordonnées pour gérer la crise sanitaire.

Depuis le début de la pandémie il y a un peu plus d’un an, un rituel s’est installé, au Conseil national de sécurité, puis au sein de son successeur, le Comité de concertation. Tout commence par l’annonce d’une date où de nouvelles décisions, de restriction ou d’assouplissement, seront prises, annonce qui enclenche des joutes politiques plus ou moins courtoises où chaque parti émet ses prétentions.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct