Galant out: qui ça étonne?

© Belga
© Belga

Visez cette photo. On est le jeudi 14 avril, à la Chambre. Pour la énième fois, Jacqueline Galant est sous la mitraille de l’ennemi. Elle se masse le front. Elle est cernée (dans tous les sens du terme). Le regard est éteint, égaré dans le vide. Et elle téléphone. A qui ? Et pour dire quoi ?

Hypothèse 1 : « Dis au libraire que je joue le 24, le 7, le 4… »

Hypothèse 2 : « Si tu me vires, je veux, en compensation, et parce que je le mérite, la présidence de la Chambre, un siège au Sénat, la présidence de deux commissions au parlement wallon et un poste à l’OCDE… »

– …

« Tout ça ensemble, oui… »

Hypothèse 3 : « Je rejoins le CDH et tu me files l’Education et la Culture… »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct