lesoirimmo

La «tache aveugle» de l’antisémitisme

L’attentat au Musée juif de Belgique, le 24 mai 2014 à Bruxelles, s’inscrit dans la forme la plus virulente et la plus extrême de l’antisémitisme.
L’attentat au Musée juif de Belgique, le 24 mai 2014 à Bruxelles, s’inscrit dans la forme la plus virulente et la plus extrême de l’antisémitisme. - Belga.

Le 29 avril, le Parlement bruxellois a ouvert ses premières Assises contre le racisme. L’objectif est d’établir un cahier de recommandations au gouvernement, dans la perspective d’un futur plan régional de lutte contre le racisme et les discriminations.

Mais l’ouverture des travaux a été marquée par une polémique : les Assises ne font pas explicitement référence à la lutte contre l’antisémitisme, aux côtés du racisme. Et pour le Comité de coordination des organisations juives de Belgique (CCOJB), c’est un problème. Un problème qui déborderait d’ailleurs du cadre de ces travaux parlementaires : dans une carte blanche publiée sur le site du Soir, la députée MR Viviane Teitelbaum n’hésite pas à affirmer que l’antisémitisme « est absent des politiques régionales depuis des années », qu’il « n’a pas droit de cité ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct