lesoirimmo

En Israël, à Gaza, à Jérusalem… Les foyers de confrontations se multiplient

Une voiture de la police israélienne brûlée à l’issue d’une manifestation de citoyens Israéliens arabes à Lod, près de Tel Aviv.
Une voiture de la police israélienne brûlée à l’issue d’une manifestation de citoyens Israéliens arabes à Lod, près de Tel Aviv. - AFP.

Cette unité entre Palestiniens, qui saute tout à coup à la figure du monde, est rare. Dans la nuit de mardi à mercredi, des violences ont éclaté dans des villes mixtes d’Israël, où vivent un grand nombre de Palestiniens qui ont la nationalité israélienne. Le Premier ministre israélien Binyamin Netanyahou a déclaré l’état d’urgence à Lod, près de l’aéroport Ben Gourion.

Après les affrontements à Jérusalem-Est puis sur l’Esplanade des mosquées, les tirs de roquettes entre la bande de Gaza et Israël, les violences prennent un nouveau tour. « Cela prend des proportions inédites », confirme Leïla Seurat, chercheuse associée à l’Observatoire des mondes arabes et musulmans de l’ULB. La montée de violences de ces derniers jours en Israël même dépasse celle de 2014 et de l’opération Bordure protectrice qui avait fait près de 2.200 morts, dont 70 Israéliens et environ 2.100 Palestiniens.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct